Inauguration du 3ème parc éolien de France : quelques données

,
Inauguration du 3ème parc éolien de France : quelques données

« 110 millions d’euros investis, 30 turbines d’une puissance totale de 75 MW, 183.000 MW/h produits par an* » Ces chiffres font du parc éolien Seine Rive-Gauche Nord inauguré le 11 septembre 2015 à Châtres en Champagne-Ardenne, le 3ème de France.

Développé conjointement par Nordex France et H2Air, sa particularité technique consiste à raccorder l’énergie produite en un seul point via un poste privé décentralisé, pour limiter la déperdition avant l’injection de l’électricité sur le réseau de transport. Le Syndicat des Energies Renouvelables souligne d’ailleurs dans un récent communiqué que « les postes de raccordement existants sont aujourd’hui de moins en moins nombreux à pouvoir relier l’énergie produite au réseau électrique français par manque de capacité.

Coté environnement, les éoliennes de Seine-Rive-Gauche-Nord permettent l’économie annuelle de 73 000 tonnes d’émission de CO2 par rapport à une centrale électrique au gaz. Pourtant figées dans 700m3 de béton armé, ces fleurs géantes aux tiges d’acier et de cuivre et aux pétales de fibre de verre et de carbone, sont également recyclables à plus de 90%. D’une durée de vie supérieure à 20 ans leur démantèlement serait pourtant provisionné dès le début du projet, ce qui devrait satisfaire les adeptes de l’Analyse du Cycle de Vie (ACV).

Un projet d’indépendance énergétique qui s’inscrit dans le territoire

Alors qu’une étude de l’association européenne du secteur éolien (EWEA) affirme que dans les 15 prochaines années, cette énergie couvrira 24,4 % de la demande en électricité en Europe, rappelons que l’aboutissement de ce projet éolien s’inscrit dans le prolongement de la loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010 qui instaure les schémas régionaux du climat de l’air et de l’énergie (SRCAE). Avant cela, des outils de planification tels que le Plan Climat Énergie Régional (PCER) étaient élaborés dès 2008, faisant suite au 1er Schéma Régional Eolien initié en 2005, comme le rappelle Jean Paul Bachy, Président du Conseil Régional de Champagne-Ardenne lors de l’inauguration du parc.

Dans le cadre du projet de loi pour la Transition Énergétique, la France doit atteindre les 19.000 MW pour 2020. Pour cela, il faut qu’en moyenne la puissance éolienne augmente de 1.600 MW chaque année. A ce jour, quatre régions disposent de la moitié de la puissance éolienne nationale : la Champagne-Ardenne avec 1682 MW éoliens raccordés à fin juin 2015, la Picardie (1 472 MW), le Centre-Val de Loire (885 MW) et la Bretagne (836 MW). (Source :Connaissance des Energies.

Alors que Roy Mahfouz, président de H2Air dénonce une réglementation datant trop souvent du siècle dernier et appelle de ses vœux une simplification des démarches administratives et une sécurisation du tarif d’achat éolien, Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie annonçait le 15 septembre 2015 un nouveau soutien pour les énergies renouvelables sous forme d’une prime, proportionnelle à l’énergie produite, versée à un producteur d’énergie renouvelable en complément de la vente sur le marché de l’électricité qu’il a produite… Le complément de rémunération viendra se substituer progressivement au dispositif d’obligation d’achat pour certaines filières renouvelables et pour les installations dépassant une certaine taille (puissance installée supérieure à 500 kW).

Publié le 4 octobre 2015 par Pollutec dans la catégorie : Au quotidien

+ d’info : http://blog.pollutec.com/eolien-au-dela-des-chiffres-un-enjeu-societal.html

Compétences

,

Posté le

8 octobre 2016

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour mieux connaître l'actu de la solidarité à La Rochelle

Inscrivez-vous ci-dessous à notre Newsletter Bimestrielle

You have Successfully Subscribed!

Share This